Publié le 19 mars 2019 · Catégorie(s) News

En 2016, Britannia plongeait dans un domaine encore inconnu de l’univers Valiant pour explorer la vie du premier détective de l’histoire, le centurion romain Antonius Axia. Antonius devra résoudre une nouvelle enquête alors que l’auteur Peter Milligan nous entraîne à nouveau dans les horreurs du monde antique dans Britannia : Les aigles perdus de Rome.

Qu’est ce que les nouveaux lecteurs devraient savoir avant de commencer Britannia ?

En un sens, chaque nouvelle histoire aux côtés d’Antonius Axia – le déceleur – peut-être définie comme un bon point d’entrée car chacune met en scène une affaire distincte que notre déceleur doit essayer de résoudre. Dans Les aigles perdus de Rome, nous rencontrons tous les personnages principaux des précédents épisodes : Axia lui-même ; son esclave, Bran ; l’intelligente et peut-être machiavélique cheffe des vierges vestales, Rubria ; le fou et sans aucun doute machiavélique Empereur Néron ; mais également un personnage introduit dans le précédent épisode, la gladiatrice Achillia. Alors, les lecteurs peuvent directement commencer par cette histoire et comprendre rapidement les dynamiques entre les principaux personnages

Pour les fans de la première heure, en quoi Les aigles de Rome se différencie-t-il des précédents épisodes de la série ?

Je voulais donner un meilleur aperçu de l’ampleur du monde Romain, de l’Empire romain. Dans le premier épisode, nous découvrons sa frontière nord, la Grande-Bretagne. Dans le second, nous voyons son propre territoire. Mais dans Les aigles perdus de Rome, nous partons vers l’est et voyons comment l’Empire englobe également l’Égypte. Cela m’intéressait de voir le conflit entre la culture romaine et cette culture encore plus ancienne qu’est la culture égyptienne .

Interview extraite de Britannia #1, Ashcan edition, p.28.

Comment abordez-vous Antonius Axia en tant que personnage ? Qu’est ce qui fait de lui le « premier détective de l’histoire », comme on le décrit souvent ?

Britannia est fondée sur l’idée que la plupart des gens (sinon tous) de cette époque regardaient vers les dieux pour comprendre le monde. Les prières, rituels et sacrifices étaient au centre des vies de ces gens et de leur vision du monde… Mais Antonius a été reconstruit, remodelé, et il pense maintenant  différemment de ses contemporains. Il réfléchit plus comme nous. Il cherche les causes-conséquences, il cherche les motivations psychologiques avant de se tourner directement vers les dieux pour y trouver une réponse.

Les aigles perdus de Rome amène également un nouvelle voix dans le monde de Britannia avec l’artiste Robert Gill, qui n’est pas étranger à l’univers Valiant. Comment est-ce de travailler avec lui ?

Je suis impatient à l’idée de travailler avec Robert sur ce livre. De ce que j’ai vu, Robert est très bon avec les personnages, et j’ai l’impression que derrière le fracas des épées et toute cette étrangeté surnaturelle, les personnages sont la clé de ce livre.


Britannia : Les aigles perdus de Rome.

Auteur : Peter Milligan
Artiste: Robert Gill
Coloriste : José Villarrubia

112 pages, 17 €.

Lire un extrait.